La question de l'argent

Publié le par Les amis de l'écovillage

Depuis l'ouverture du présent blog, plusieurs personnes ont porté à mon attention un détail que nous avons oublié de commenter parmi les rumeurs, médisances et mensonges qui furent dits à mon sujet. Je profite des commentaires de ces lecteurs pour rétablir les faits.

Divers sites web racontent que j’aurais soutiré de l’argent à plusieurs personnes sous couvert de bâtir des écovillages, notamment en Suisse. En vingt ans d’enseignement, je ne suis allé en Suisse que trois fois. Il n’a jamais été question de faire un éco village ni de personnes de la Suisse voulant venir à l’éco village planifié au Canada. En fait, je n’ai conservé qu’une seule amitié en ce pays, d’une personne que j’ai pu aider parce qu’elle vivait des moments difficiles. Il n’a jamais été question d’argent autre que celui versé par les participants d’ateliers pour la participation aux quelques conférenécoces et stages donnés en ce pays. En France, je n’ai pas à créer d’éco village car ils existent déjà. Que ce soit la famille Arc-en-ciel, la communauté des Rhabi, celle de Lanzo del Vasto auxquelles je suis heureux de rendre visite pour apprendre et partager. Mais là encore aucun argent ne m’a été versé pour bâtir des communautés qui se sont construites de manière autonome, sans que j’aie à intervenir. Quant au Sanctuaire du Feu Sacré, lorsqu’il existait, il en coûtait annuellement 25$ pour être membre régulier et 125$ pour être membre actif.

Certaines personnes, sous couvert d’informer le public, ont prétendus que je demandais 30% de leurs revenus aux personnes qui voulaient vivre dans l’écovillage. Voici la mesure des mensonges auxquels de telles personnes s’abaissent pour avilir les autres. En effet, premièrement, l’écovillage n’a jamais vu le jour, donc personne n’a jamais versé le moindre sou pour l’écovillage. Tous étaient membres du Sanctuaire, aux tarifs cités plus haut, dans le but éventuel de construire un écovillage. J’étais le seul employé salarié du Sanctuaire, recevant un salaire modeste mais décent, et j’ai versé, comme le font bien des membres de communautés spirituelles, 10% de mon salaire au Sanctuaire. Dans la dernière année d’existence du Sanctuaire, deux autres membres, les plus actifs de notre groupe, ont aussi librement, sans aucune exigence ni contrainte, versé 10% de leur revenu au Sanctuaire. Le chiffre de 30% vient d’une pratique spirituelle d’abondance qui consistait à investir dans le Sanctuaire 30% des revenus que je récoltais en enseignant au Québec et à l’étranger en temps que directeur spirituel du Sanctuaire. Ce qui veut dire que ma contribution, d’une part 10% de mon salaire mensuel au Sanctuaire, et d’autre part 30% des revenus bruts du Sanctuaire -cotisations annuelles et honoraires de mes enseignements-, se montait à plus de 30%. Par conséquent, le seul à avoir versé 30 % de ses revenus, c’était moi. Cette pratique d’abondance a porté ses fruits, mais ces fruits furent perdus en frais de comptable et d’avocat pour tenter de dissoudre l’association, faits relatés dans l’historique.

Merci de votre attention

Aigle Bleu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JuW 17/03/2009 10:44

Il est en ce moment deux mots foudroyants qui détruisent tout sur leur passage, sans autre forme de procès:"secte" et "pédophile"...
Les entendre simplement glace le sang.

Je suis profondément heureux qu'ils ne vous aient pas anéantis!

Étant moi-même membre d'un mouvement "bizarre" (des gens qui vivent nus et aiment la Nature, étrange, non?), je sais à quel point ce problème est délicat...

Merci Aigle Bleu pour tes paroles qui font du bien au cœur, et bon courage à tous pour la suite!