3. Participation de M. Grenier à l'écovillage

Publié le par Les amis de l'écovillage

Lors de nos rencontres communautaires dans le cadre du Sanctuaire, nous organisions alors des cercles d’hommes, des cercles de femmes, des cercles pour les enfants, des méditations hebdomadaires, des réunions d’organisation et d’autres activités.


Dans les premiers mois de sa présence au sein du Sanctuaire et de l’écovillage, M. Grenier s’est contenté d’écouter. Il n’intervenait presque jamais dans les réunions. Sa compagne intervenait souvent et proposait bien des choses mais qui n’avaient pas vraiment de liens avec la philosophie et les buts de l’écovillage et du Sanctuaire.

Les membres du Sanctuaire étaient alors engagés dans le processus d’écrire les statuts et règlements du projet d’écovillage.

Lors d’une des dernières réunions pour parachever ce travail, lors d'une journée de travail qui a eu lieu le 3 février 2007, M. Grenier s’est présenté avec un long document, qu’il disait avoir écrit avec d’autres personnes qu’il a lui-même convaincues de se joindre au Sanctuaire mais que, pour la plupart, nous n’avions jamais rencontrées. Ce document minimisait à l’extrême tout le long travail d’élaboration que nous avions fait en groupe. De plus, il n’était pas en harmonie avec la philosophie du Sanctuaire et n’avait pas de liens avec le processus d’organisation dans lequel nous étions engagés si ce n’est de détruire la majeure partie de ce que nous avions mis sur pied.

Nous avons tous été très étonnés de ce texte qui ne pouvait s’intégrer dans le cadre des activités du Sanctuaire et avons continué la démarche communautaire de cette journée telle qu’elle avait été préparée par le groupe.


À la fin de cette rencontre, nous avons demandé le consensus sur les statuts proposés, sur lesquels tous ont été unanimes : les statuts ont donc été adoptés à l’unanimité.


Aigle Bleu dit de cette décision : «Je me souviens d’avoir regardé M. Grenier à ce moment-là et il n’a pas dit un mot. Il acceptait donc implicitement ce consensus. D’ailleurs, il avait été convenu que les propositions de M. Grenier et de son groupe seraient étudiées au cours des mois qui suivraient».

Cette étape et d’autres ont été soigneusement et impartialement documentées par des membres du C.A. de l’association car, par la suite, M. Grenier a commencé à écrire des courriels qu’il envoyait à tous les membres et à tous les contacts d’Aigle Bleu glanés sur son site web, à l’effet qu’il n’y avait pas eu de consensus puisque le texte qu’il avait amené n’avait pas été considéré.

Par la suite, nous avons eu une autre réunion où M. Grenier avait été pressenti par M. Levesque pour lui succéder comme président de l’association, puisque
M. Levesque n’avait plus le temps de s’occuper adéquatement de ce poste.


Lors de la réunion du C.A. préparatoire à l’Assemblée générale annuelle où l’élection devait avoir lieu, M. Grenier a présenté des idées et des opinions qui étaient très loin du projet de l’écovillage. Aigle Bleu, malgré ses appréhensions et doutes qu’il a exprimés lors de cette réunion, s'est néanmoins relié au consensus de groupe pour accepter sa candidature.


Deux personnes, dont M. Levesque, ont par ailleurs jugé nécessaire, avant l’Assemblée générale, de refaire valoir au possible candidat à la présidence, l’importance de tenter de raisonner M. Grenier en lui demandant de comprendre qu’il ne pouvait pas prendre ce poste simplement pour faire table rase de ce que le groupe avait fait jusque-là, juste pour atteindre ses propres objectifs. Peine perdue, cet homme n’a jamais voulu entendre raison.

Lorsque l’assemblée générale a eu lieu, le 24 mars 2007,  M. Grenier a présenté son projet, dont l’ampleur et l’orientation étaient si inattendues que les membres présents ne pouvaient l’accepter en bloc, sur simple présentation, puisqu’il impliquait des modifications organisationnelles majeures. Par contre, chacun se disait intéressé à l’étudier en profondeur au cours des mois qui suivraient. M. Grenier, devant ce report de son projet, refusa le poste de président et M. Levesque dut accepter momentanément de renouveler son mandat jusqu’à ce qu’une relève lui soit trouvée.

Lors de cette réunion, sans que nous le sachions, des photos d’Aigle Bleu et d’autres membres ont été prises par un ordinateur que M. Grenier et sa compagne avait amené, photos qui ont été par la suite publiées sans autorisation sur Internet.

Dans les mois qui ont suivi, pour tenter de faire la paix, car M. Grenier continuait d’utiliser Internet pour véhiculer toutes sortes d’affirmations destructrices à l’endroit surtout d’Aigle Bleu, plusieurs membres, à tour de rôle, sont allés le rencontrer pour essayer de l’amener à de meilleures dispositions, sans aucun résultat.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Kali 24/12/2008 09:30

J'ai découvert Aigle bleu en regardant les vidéos il y a quelques jours seulement, je n'ai pas participé aux faits dont il est question, je souhaite seulement exprimer ma solidarité en attendant peut etre un jour de faire connaissance avec lui.


L'exposition assez simple et détaillée de ces faits démontre bien qu'il y a une intention évidente de nuire à Aigle Bleu, d'ailleurs je suis meme assez étonnée de la maladresse du prétexte provoqué pour amorcer ce conflit. A mon avis Mr Grenier sait très bien ce qu'il fait, et je pense qu'il est missioné pour cela. Néanmoins je trouve que pour un professionnel de la diffamation, il aurait pu trouver des attaques un peu plus crédibles, un peu moins tordantes et comiques !! Je constate avec amusement qu'il n'est pas aussi facile de nuire à un etre qui travaille pour le bien de l'humanité. Paix à vous , om namah shivaya :-)