2. Michel Grenier

Publié le par Luc et ami(e)s

Aigle Bleu a rencontré M. Grenier pour la première fois à la Journée Nationale des Autochtones à l’été 2005, où il effectuait la cérémonie d’ouverture d’un événement organisé par un collègue, associé et membre du Sanctuaire, M. Vincent Levesque, huron de Wendake.


M. Levesque croyait, après discussions avec M. Grenier, que cet homme pouvait venir en aide au projet d’écovillage parce que M. Grenier avait un projet qui pourrait peut-être s’y intégrer.

Voici ce que raconte Aigle Bleu de cette rencontre :


«J’ai donc rencontré cet homme et sa compagne. J’aurais dû, déjà à ce moment-là, écouter mon intuition. J’ai ressenti tout de suite que de telles personnes n’étaient pas en harmonie avec nos énergies. Il existe un principe, en spiritualité amérindienne, qui s’appelle le sentier de la beauté mais je sentais que M. Grenier n'était pas sur ce sentier. Il faut dire que l’aspect extérieur ainsi que l’ambiance que je ressentais autour de M. Grenier et de sa compagne n’avait rien d’agréable. Mais j’avais confiance en Vincent et je laisse toujours sa chance au coureur. J’ai comme principe de ne jamais juger les autres. Je n’ai donc pas laissé mes premières impressions influencer ma décision de les inviter à faire partie de notre groupe. Nous avions besoin d’aide et nous n’étions pas nombreux. Avec du recul, je réalise que j’aurais dû écouter mon intuition.»


Par la suite, après tout ce qui est arrivé, Vincent Levesque s’est sincèrement excusé d’avoir invité ces personnes. Il a coupé toute relation avec eux et, malgré plusieurs tentatives de leur part de communiquer avec lui, il leur a clairement dit qu’il ne voulait plus jamais avoir affaire avec eux.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article